Les voitures

Crédit photo : CoForce

Réglages différents pour les trois machines

D'apparence simple à première vue avec leur absence de suspension conventionnelle, les deux types de kart sont bien différents et surtout hyper complexes à optimiser. Pour sa part, le réglage des USF2000 ouvre une porte aux aspects complexes de la course en monoplace. 
Afin d'obtenir le comportement idéal sur une piste donnée, on travaille afin d'obtenir la flexibilité idéale de l'ensemble en changeant ou réglant différentes composantes : la barre transversale de soutien du châssis à l'avant, le serrement des boulons du châssis, l'épaisseur et la largeur de l'essieu arrière, les baquets et montants de différentes rigidités, l'empattement variable, les gommes et pressions des pneus, la garde au sol, la rigidité des moyeux, la carburation et l'allumage, le rapport des braquets de la chaîne de transmission et autres. D'apparence simple à première vue avec leur absence de suspension conventionnelle, ces machines sont cependant hyper complexes à régler. Afin d'obtenir le comportement idéal sur une piste donnée, on travaille afin d'arriver à la flexibilité idéale de l'ensemble en changeant ou réglant différentes composantes : la barre transversale de soutien du châssis à l'avant, le serrement des boulons du châssis, l'épaisseur et la largeur de l'essieu arrière, les baquets et montants de différentes rigidités, l'empattement variable, les gommes et pressions des pneus, la garde au sol, la rigidité des moyeux, la carburation et l'allumage, le rapport des braquets de la chaîne de transmission, etc.
Pour leur part, les USF2000 se règlent selon les méthodes traditionnelles basées d'abord sur les commentaires du pilote, les observations de l'équipe, et sur l'analyse approfondie des images et données enregistrées à bord de la machine.